• Catalogue en ligne

    Nous avons maintenant un catalogue public en ligne ! Nous sommes en train d'y inscrire les livres, alors seulement une partie de nos livres est dans le catalogue, mais il y en aura de plus en plus chaque jour. Consultez notre catalogue avec lien plus bas.
  • Soutenir le DIRA

    Vous aimez notre projet et vous voulez nous soutenir?
    Cliquez ici !

  • Contact :

    • dira [a_commercial] riseup [point] net
    (438) 928-2728
    • 2035 boulevard Saint-Laurent, H2X 2T3 Montréal
    • Métro St Laurent

Causerie libertaire avec Anithe de Carvalho autour de son livre ART REBELLE ET CONTRE-CULTURE

causerieanithe
Samedi 30 janvier 14h
Bibliothèque anarchiste DIRA
2035 boulevard Saint-Laurent,
H2X 2T3 Montréal
Gratuit

Au cours des années 1960 et 1970, les artistes néo-avant-gardiste 
politisés ont remis en question les conventions artistiques et 
l’institution traditionnelle en élargissant le champ de l’art et en 
ouvrant la porte à un art nouveau tourné vers des publics que l’on 
voulait participatifs. Le monde de l’art délaisse les galeries et les 
musées pour envahir avec ferveur les espaces publics. Dans ces lieux, on 
explore de nouvelles formes d’expression artistique. Cette époque pleine 
d’espérance aurait vu l’art et la vie se conjuguer – elle alimente 
encore aujourd’hui les esprits rebelles, artistiques et politiques. Loin 
de s’inscrire dans la défense de cette thèse, ce livre a pour objectif 
de démythifier ces pratiques artistiques, dont les environnements et les 
événements participatifs ont été médiatisés en dehors de l’espace 
institutionnel traditionnel.
 
Pourtant, la néo-avant-garde artistique politisée – ou underground – n’a 
pas réussi son pari de rester en marge de l’establishment et d’œuvrer à 
l’extérieur du système ou du champ institutionnel de l’art. Ce livre 
pose donc la question de l’institutionnalisation de l’art dit subversif 
au Québec au cours des années 1960 et 1970. Les œuvres participatives de 
l’underground et ses créations collectives devancent puis renforcent les 
tendances historiques en matière d’étatisation de la culture dans le 
cadre de la mise en place d’un nouveau paradigme des politiques 
culturelles, celle de ladite démocratie culturelle. La plupart du temps, 
ces œuvres sont réalisées avec l’assentiment et l’appui de l’État et des 
institutions culturelles et artistiques, au moment de l’élargissement 
d’un champ culturel dont la vision de l’art relève aussi de l’idéologie 
de la démocratie culturelle. L’art néo-avant-gardiste politisé des 
années 1960 et 1970 est donc partie intégrante du champ officiel de 
l’art, dont les limites ont toutefois été bouleversées, mais sans 
éclater.
Anithe de Carvalho est historienne de l’art et professeure. Elle est 
aussi l’auteur du livre « Maurice Demers, œuvre d’art total – Des 
environnements participatifs à la création collective » (Lux Éditeur)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :