• Catalogue en ligne

    Nous avons maintenant un catalogue public en ligne ! Nous sommes en train d'y inscrire les livres, alors seulement une partie de nos livres est dans le catalogue, mais il y en aura de plus en plus chaque jour. Consultez notre catalogue avec lien plus bas.
  • Soutenir le DIRA

    Vous aimez notre projet et vous voulez nous soutenir?
    Cliquez ici !

  • Contact :

    • dira [a_commercial] riseup [point] net
    (438) 928-2728
    • 2035 boulevard Saint-Laurent, H2X 2T3 Montréal
    • Métro St Laurent
  • Publicités

28 avril 2018 au DIRA, Forum anarcho-syndicalisme et intersectionnalité / April 28th 2018 at the DIRA, Anarcho-syndicalism and Intersectionality Forum

[English follows]

Samedi 28 avril 2018, 12h30 à 16h30

S’intéresser aux luttes de la classe ouvrière sur une base anarchiste anti-oppression est-il possible aujourd’hui?

Comment intégrer l’émancipation des groupes opprimés aux luttes des mouvements populaires et plus particulièrement dans les luttes/groupes anarcho-syndicalistes?

Peut-on développer une perspective révolutionnaire anarcho-syndicaliste au sein des luttes spécifiques?

**********************************************

Horaire

12h30
Ouverture des portes

13h00
What is anarcho-syndicalism? En anglais, traduction chuchotée sur place. La présentation sera une vidéo-conférence. Plus d’informations à venir.
Suivi d’une discussion et d’une pause.

14h15
Introduction à l’intersectionnalité (en français), par Irina Badita et Nicolas Johan Leport Letexier (traduction chuchotée vers l’anglais disponible).

Cette formation sera d’une part l’occasion d’une définition et d’une mise en contexte du concept d’intersectionnalité d’un point de vue historique et selon un contexte global. Nous réfléchirons ensemble aux différentes formes d’oppression et de privilèges au sein de la société ainsi qu’à des pistes et orientations futures en vue d’un activisme inclusif et intersectionnel. D’autre part, nous nous demanderons comment combattre les oppressions multiples, ou tout au moins alléger le fardeau qui pèse sur les épaules de celles qui sont malgré tout victimes de racisme, de sexisme, de toute forme de discrimination.

Suivi d’une discussion et d’une pause.

15h30
Discussion « Anarcho-syndicalisme et Intersectionnalité »
Commentaires et échanges autour des textes du cahier de réflexion. Pour lire les textes qui seront discutés en troisième partie, voir le site officiel de l’événement : https://cedasasced.wordpress.com/2018/04/07/28-avril-april-28th-forum-anarcho-syndicalisme-et-intersectionnalite-anarcho-syndicalism-and-intersectionality-forum/

16h30
Fin

17h00
Fermeture du DIRA

================

Saturday April 28th, 12:30PM to 4:30PM

Is it possible to focus on the struggles of the working class on an anarchist anti-oppressive basis today?

How can we integrate the emancipation of oppressed groups in the struggles of the popular movements and more particularly in the anarcho-syndicalist struggles / groups?

Can we develop a revolutionary anarcho-syndicalist perspective in specific struggles?

**********************************************

Schedule

12h30
Opening of the doors

13h00
What is anarcho-syndicalism? (English, with whisper translation toward French). Presentation will be a video-conference. More information to come. Followed by a discussion and a pause.

14h15
Introduction à l’intersectionnalité (French, with whisper translation toward English), by Irina Badita et Nicolas Johan Leport Letexier.

This workshop will be in the first place the occasion to define and put into context the concept of intersectionality from an historical perspective and following a global context. We’ll think collectively about different forms of oppressions and privileges among society and also about ways and future orientations for an inclusive and intersectional activism. On the other hand, we’ll ask ourselves how to fught multiple oppressions, or at least to alleviate the weight on shoulders of those that are notwithstanding victims of racism, sexism and all forms of discrimination.

Followed by a discussion and a pause.

15h30
Discussion « Anarcho-syndicalism and Intersectionality »
Commentaries and reflexions, debates on the reading notebook texts. Texts are available on the official webpage of the event: https://cedasasced.wordpress.com/2018/04/07/28-avril-april-28th-forum-anarcho-syndicalisme-et-intersectionnalite-anarcho-syndicalism-and-intersectionality-forum/

4:30PM
End

5:00PM
Closing of the DIRA

Publicités

Nouveau au DIRA – Le congrès anarchiste d’Amsterdam 1907 -2007: un siècle d’anarcho-syndicalisme

Voici un nouveau livre obtenu par le DIRA suite à un don du Collectif d’éducation et diffusion anarcho-syndicaliste  :

Le congrès anarchiste d’Amsterdam 1907-2007 : un siècle d’anarcho-syndicalisme2007, 247 p.

Éditions du temps perdu

Le congrès qui se déroula à Amsterdam du 26 au 31 août 1907, peut-être considéré comme le premier Congrès anarchiste international. D’une ampleur certaine (une vingtaine de pays d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud) et réunissant des personnalités renommées (Malatesta, Rocker, Fabbri, Monatte, Cornelissen, Emma Goldman, Schapira…), ce congrès marque l’histoire de la pensée anarchiste notamment grâce à ses débats sur l’organisation et le syndicalisme.

Après avoir resitué le congrès dans son contexte historique, Ariane Miéville présente les enjeux, rappelle les pensées de Sorel, Malatesta, Cornelissen et Monate pour éclairer ces débats.

Gaetano Manfredonia se propose de revenir sur ce postulat et s’attache à montrer que Monatte et Malatesta représentent plutôt de deux « types idéaux » du mouvement libertaire: insurrectionnel et syndicaliste.

Enfin, Hélène Finet (Université Paris VII) nous offre un autre angle de vue en exposant les débats qui traversent, à la même époque, la Fédération Ouvrière de la Régionale Argentine sur ce même sujet.

Ces trois études complémentaires nous permettent d’appréhender la genèse de l’anarcho-syndicalisme et pose des questions, toujours d’actualité, au syndicalisme.

Ce livre est constitué par les contributions écrites au colloque organisé par la CNT-AIT de Pau (64) et sa section étudiante la Coordination Libertaire Etudiante, en collaboration avec les Étidions du temps perdu, dans le cadre de la commémoration du Congrès d’Amsterdam(25 et 26 octobre 2007). Il comporte également les biographies de Cornelissen, Fabbri, Malatesta, Monatte, Rocker et Schapiro.

 

Nouveau au DIRA – Les anarchistes et la Commune de Paris

Voici un nouveau livre obtenu par le DIRA suite à un don du Collectif d’éducation et diffusion anarcho-syndicaliste  :

Les anarchistes et la Commune de Paris.
Jean-Philippe Crabé, 2010, 126 p.

Éditions du temps perdu


Un siècle d’idéologie marxiste a gommé beaucoup de l’esprit libertaire qui régna durant la Commune. Les anarchistes eux-mêmes savent souvent peu de choses sur les liens qui les unissent à cette expérience. Nous n’avons pas la prétention d’exposer ici un travail exhaustif sur la Commune, nous souhaitons simplement nous interroger sur ces liens. En quoi les anarchistes ont inspiré la Commune, comment et pourquoi ont-ils eu de l’influence pendant cette révolution, quelles traces la Commune a-t-elle laissée dans leur histoire.

Nouveau au DIRA – Ni Dieu, ni maître, ni mari

Voici un nouveau livre obtenu par le DIRA suite à un don du Collectif d’éducation et diffusion anarcho-syndicaliste  :

Ni Dieu, ni maître, ni mari.
Femmes, ouvrières et anarchistes a Buenos Aires (1890-1920)

Hélène Finet, 2009, 46 p.

Éditions du temps perdu

La question des femmes et du féminisme est un thème

fondamental dans la constitution de l’identité ouvrière argentine de la fin du XIXème siècle, et ce sont les anarchistes qui les premiers ont débattu du sujet en dénonçant l’exploitation des femmes, qu’elle se manifeste sur le plan du travail ou qu’elle apparaisse dans leurs rapports de domination avec les hommes.

Abordant des questions aussi polémiques que l’institution matrimoniale, le sexisme et l’amour libre, les militantes anarchistes de la fin du XIXème siècle, impliquées dans le mouvement ouvrier anarchiste argentin, la FORA, ont eu une influence prépondérante dans l’évolution de la pensée libertaire argentine. Dans ce petit livre, Hélène Finet, spécialiste de la FORA et auteur d’une thèse sur ce Thème à l’université de Paris VII, nous apporte un aperçu de cette page de l’Histoire du mouvement anarchiste argentin méconnu au Québec.

Nouveau au DIRA – L’Association Internationale des Travailleurs 1922-1936

Voici un nouveau livre obtenu par le DIRA suite à un don du Collectif d’éducation et diffusion anarcho-syndicaliste  :

Il s’agit de l’histoire de 1922 à 1936 de l’Association Internationale des Travailleurs fondée en 1922 à Berlin. À ne pas confondre avec la première internationale fondée en 1864 à Londres aussi appelée Association Internationale des Travailleurs.

L’Association Internationale des Travailleurs 1922 – 1936.

François Guinchard, 2012, 382 p.

Éditions du temps perdu

La publication du texte qui suit est d’une importance capitale pour plusieurs raisons, entre autre sa rigueur historique, son analyse idéologique, et la présentation d’une documentation organique qui a été très peu publiée. Mais l’essentiel de ce texte réside dans l’énorme contribution qu’il constitue pour notre mémoire, celle des exploité/es de tous les temps, et celle des travailleur/euses de sensibilité libertaire qui ont constitué et qui constituent encore l’Association Internationale des Travailleurs.

New at the DIRA – Are Prisons Obsolete?

Here is a new book obtained by the DIRA from the Racines bookstore : https://racinesmontreal.wixsite.com/librairie and https://www.facebook.com/racinesmontreal/

« With her characteristic brilliance, grace and radical audacity, Angela Y. Davis has put the case for the latest abolition movement in American life: the abolition of the prison. As she quite correctly notes, American life is replete with abolition movements, and when they were engaged in these struggles, their chances of success seemed almost unthinkable. For generations of Americans, the abolition of slavery was sheerest illusion. Similarly, the entrenched system of racial segregation seemed to last forever, and generations lived in the midst of the practice, with few predicting its passage from custom. The brutal, exploitative (dare one say lucrative?) convict-lease system that succeeded formal slavery reaped millions to southern jurisdictions (and untold miseries for tens of thousands of men, and women). Few predicted its passing from the American penal landscape. Davis expertly argues how social movements transformed these social, political and cultural institutions, and made such practices untenable.

In Are Prisons Obsolete?, Professor Davis seeks to illustrate that the time for the prison is approaching an end. She argues forthrightly for « decarceration, » and argues for the transformation of the society as a whole. »

Nouveau au DIRA – L’esclavage raconté à ma fille

Voici un nouveau livre obtenu par le DIRA de la librairie Racines : https://racinesmontreal.wixsite.com/librairie et https://www.facebook.com/racinesmontreal/

« La traite et l’esclavage furent le premier système économique organisé autour de la transportation forcée de populations et de l’assassinat légal pour motif de liberté, pour marronnage. Ce système a perduré pour l’Europe durant plus de quatre siècles, pour la France durant plus de deux siècles. Il ne s’agit pas de se morfondre ni de se mortifier, mais d’apprendre à connaître et respecter l’histoire forgée dans la souffrance. D’appréhender les pulsions de vie qui ont permis à ces millions de personnes réduites à l’état de bêtes de somme de résister ou simplement de survivre. Il s’agit de comprendre cette première mondialisation qui a généré des relations durables entre trois puis quatre continents.

Ces événements doivent être enseignés, que l’on sache qu’il y eut, dès les premiers temps, résistance sur place et solidarité transcontinentale. Interrogeons cette histoire afin que les jeunes générations détectent les liens entre le racisme ordinaire et ses sources dans le temps, et qu’elles comprennent que la République a besoin de leur vigilance et de leur exigence. Choisissons une éducation qui prépare à l’altérité et qui porte l’empreinte de la vérité, de la justice, de la fraternité. »

Traite et exploitation des êtres humains, colonisation, luttes pour la liberté, réflexion sur la notion de crime contre l’humanité, formes contemporaines de l’esclavage : une mère engagée répond aux nombreuses questions de sa fille. De ce dialogue s’est construit, au fil des étonnements, indignations et admirations, un livre aussi passionnant que nécessaire. »