• Catalogue en ligne

    Nous avons maintenant un catalogue public en ligne ! Nous sommes en train d'y inscrire les livres, alors seulement une partie de nos livres est dans le catalogue, mais il y en aura de plus en plus chaque jour. Consultez notre catalogue avec lien plus bas.
  • Soutenir le DIRA

    Vous aimez notre projet et vous voulez nous soutenir?
    Cliquez ici !

  • Contact :

    • dira [a_commercial] riseup [point] net
    (438) 928-2728
    • 2035 boulevard Saint-Laurent, H2X 2T3 Montréal
    • Métro St Laurent

L’agenda 2018 de DIRA est arrivé

Venez chercher votre copie avant qu’il n’en reste plus. Disponible en plusieurs jolies couleurs !

Publicités

Nouveau au DIRA – « Homonationalisme – Politiques Queer après le 11 septembre »

Voici un nouveau livre obtenu par le DIRA de la librairie féministe l’Euguélionne : http://librairieleuguelionne.com/ Ce livre décrit la position difficile de la communauté LGBTQ+, qui désire avoir accès à toutes les carrières possibles, mêmes celles qui les ont historiquement répriméEs. Le livre dénonce aussi la sexualisation des personnes décrites comme ennemies en utilisant des mots qui sont encore chargées de douleurs pour la communauté.

« Dans le monde de l’après-11 Septembre, l’idéologie du « choc des civilisations » se combine à celle d’un « choc des sexualités ». Nous aurions d’un côté le monde occidental, tolérant et libéral, de l’autre le monde musulman, sexiste et homophobe. Une part non négligeable du mouvement gay états-unien, en quête d’intégration et de respectabilité, s’est ainsi engagée sur la voie d’une normalisation « homonationaliste » et soutient les guerres « contre le terrorisme ». Parallèlement, la réception américaine des images de torture d’Abu Ghraib met en évidence les difficultés du féminisme et de la pensée queer à penser les questions de race et d’impérialisme. C’est à l’analyse de cette intrication complexe entre politique des sexualités et projets impérialistes occidentaux, qui fait pendant à la question de l’instrumentalisation du discours féministe par des politiques racistes et impérialistes, qu’est consacré Homonationalisme. »

Livre au DIRA – « Étouffer la dissidence, 25 ans de répression politique au Québec »

Voici un livre que l’on retrouve au DIRA. Ce livre présente une analyse qui décrit la répression politique sur plusieurs formes. Elle touche autant la répression policière durant le printemps érable qu’elle adresse aussi la pression faites par le privé (ex.: compagnies minières).

La Commission populaire contre la répression politique (CPRP), auteure du livre et formée de militantEs bénévoles, a récemment fermé ses portes vu que son livre est maintenant distribué. Les droits d’auteurs qui restent vont être versés au collectif « Outrage au tribunal » : https://outrageautribunal.net/fr/

« Depuis quelques années, la répression politique prend de telles proportions au Québec que des instances des Nations Unies ont interpellé les autorités provinciales à propos des arrestations de masse et des limitations au droit de manifester. La grève étudiante de 2012, marquée par la violence policière et des milliers d’arrestations, a permis de prendre conscience de cette réalité, même si la répression politique ne date pas du Printemps érable et dépasse largement le cadre des manifestations.

Mise sur pied dans ce contexte, la Commission populaire sur la répression politique (CPRP) a recueilli près d’une centaine de témoignages lors d’audiences tenues à Gatineau, Montréal, Québec et Sherbrooke. Son analyse englobe l’ensemble des acteurs judiciaires, politiques et médiatiques, du début des années 1990 à aujourd’hui. Elle révèle les effets pernicieux de la répression que subissent les activistes et les mouvements sociaux, mais aussi l’ensemble de la population, que l’on gave d’une opinion prétendument publique hostile à toute forme de contestation. »

 

New at the DIRA – « Antifa: The Anti-Fascist Handbook »

Note: already borrowed!

Here is a new book obtained recently by the DIRA. This handbook presents the history of the anti-fascist movement, as well as past and current tactics. It is useful in understanding the philosophy of anti-fascist action and how anti-fascists fight the current rise of the far right.

In the wake of tragic events in Charlottesville, VA, and Donald Trump’s initial refusal to denounce the white nationalists behind it all, the “antifa” opposition movement is suddenly appearing everywhere. But what is it, precisely? And where did it come from?

As long as there has been fascism, there has been anti-fascism — also known as “antifa.” Born out of resistance to Mussolini and Hitler in Europe during the 1920s and ’30s, the antifa movement has suddenly burst into the headlines amidst opposition to the Trump administration and the alt-right. They could be seen in news reports, often clad all in black with balaclavas covering their faces, fighting police at the presidential inauguration, on California college campuses protesting right-wing speakers, and, most recently, on the streets of Charlottesville, VA, protecting, among others, a group of ministers including Cornel West from neo-Nazi violence. (West would later tell reporters, “The anti-fascists saved our lives.”)

Simply, antifa aims to deny fascists the opportunity to promote their oppressive politics, and to protect tolerant communities from acts of violence promulgated by fascists. Critics say shutting down political adversaries is anti-democratic; antifa adherents argue that the horrors of fascism must never be allowed the slightest chance to triumph again.

In a smart and gripping investigation, historian and former Occupy Wall Street organizer Mark Bray provides a detailed survey of the full history of anti-fascism from its origins to the present day — the first transnational history of postwar anti-fascism in English. Based on interviews with anti-fascists from around the world, Antifa details the tactics of the movement and the philosophy behind it, offering insight into the growing but little-understood resistance fighting back against fascism in all its guises.

1er novembre 2017 – Causerie sur l’anarchisme et les élections par Francis Dupuis-Déri

Confirmez votre participation via notre événement Facebook : https://www.facebook.com/events/186642451910474

L’Insoumise et DIRA présentent : Causerie sur l’anarchisme et les élections avec une présentation de Francis Dupuis-Déri

*************************************************

  • Quand : mercredi 1er novembre 18h30
  • Où: DIRA, 2035 boulevard Saint-Laurent, H2X 2T3 Montréal. Station de métro St-Laurent
  • Quoi: Présentation de 20 minutes suivie d’une causerie libertaire
  • Combien: Gratuit
  • Breuvages sur place

*************************************************

En pleine campagne électorale (municipale), cette rencontre sera l’occasion de discuter des différentes raisons pour lesquelles les anarchistes refusent de participer à la politique électorale, mais aussi de rappeler que quelques anarchistes ont parfois proposé à leurs camarades de voter, alors que d’autres ont saisi l’occasion des élections pour se mobiliser contre l’électoralisme et le parlementarisme.

Francis Dupuis-Déri enseigne un cours sur l’anarchisme à l’UQAM et il est l’auteur de plusieurs livres sur l’anarchisme, dont «L’anarchie expliquée à mon père» (Lux, 2014) et «Les Black Blocs» (Lux, 2016) et «Lacrymos : qu’est-ce qui fait pleurer les anarchistes?» (Écosociété, 2010).

*************************************************

La causerie ? Elle a longtemps été pratiquée par les anarchistes individualistes en réponse au formalisme pédagogique des Universités Populaires dont ils affirmaient qu’elles ne faisaient que renouveler les rôles des détenteurs de connaissances face à l’ignorance, maintenir le rôle du maître face à l’élève. Libertad en fut un ardent propagandiste. Par principe les causeries pratiquent un échange et une communication basées sur la participation ouverte de tous et non sur la maîtrise d’un seul ou de plusieurs sur la parole.

New at the DIRA – « Policing Black Lives – State Violence in Canada from Slavery to the Present » by Robyn Maynard

Here is a new book obtained recently by the DIRA. This book presents the ugly truth behind the so-called Canadian values of « law and order ». It shows a system built from its very foundations upon racial inequalities, exploitation and prejudice.

« Delving behind Canada’s veneer of multiculturalism and tolerance, Policing Black Lives traces the violent realities of anti-blackness from the slave ships to prisons, classrooms and beyond. Robyn Maynard provides readers with the first comprehensive account of nearly four hundred years of state-sanctioned surveillance, criminalization and punishment of Black lives in Canada.

While highlighting the ubiquity of Black resistance, Policing Black Lives traces the still-living legacy of slavery across multiple institutions, shedding light on the state’s role in perpetuating contemporary Black poverty and unemployment, racial profiling, law enforcement violence, incarceration, immigration detention, deportation, exploitative migrant labour practices, disproportionate child removal and low graduation rates.

Emerging from a critical race feminist framework that insists that all Black lives matter, Maynard’s intersectional approach to anti-Black racism addresses the unique and understudied impacts of state violence as it is experienced by Black women, Black people with disabilities, as well as queer, trans, and undocumented Black communities.

A call-to-action, Policing Black Lives urges readers to work toward dismantling structures of racial domination and re-imagining a more just society. »

Nouveau au DIRA – « Les angles morts – Perspectives sur le Québec actuel » par Alexa Conradi

Voici un nouveau livre obtenu récemment par le DIRA. Ce livre présente les perspectives féministes et anticoloniales d’Alexa Conradi, ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec et de Québec Solidaire.

« Le Québec aime beaucoup ses lunettes roses. Elles lui permettent de chérir son image de société égalitaire, accueillante, juste et non violente. Mais il faut parfois les enlever, ne serait-ce que pour vérifier l’état du monde. Ce geste est devenu une spécialité d’Alexa Conradi.

Elle se penche dans cet essai sur des sujets qui font détourner le regard : culture du viol, austérité, islamophobie, colonisation, exclusion. Avec courage et générosité, elle nous invite à jongler avec une pluralité de perspectives, pour résister à la division. Car c’est en tenant compte des savoirs féministes et postcoloniaux que nous pourrons résoudre les conflits et affronter dignement les crises qui guettent le Québec. »